Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest

Kirane's et Nirvana, le top de la gastronomie indienne à Paris

kiranes phone

Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest

Shanti Travel - Agence de voyage spécialisée sur l'Inde et l'Asie du Sud - Demande d'infos

Le musée Guimet

Émile GuimetLe musée Guimet est né du grand projet d’un industriel lyonnais, Émile Guimet (1836-1918), de créer un musée des religions de l’Égypte, de l’antiquité classique et des pays d’Asie. Des voyages en Égypte, en Grèce, puis un tour du monde en 1876, avec des étapes au Japon, en Chine et en Inde lui permirent de réunir d’importantes collections qu’il présenta à Lyon à partir de 1879. Il devait par la suite transférer ses collections dans un musée qu’il fit construire à Paris et qui fut inauguré en 1889. Du vivant même d’Emile Guimet cette institution se consacra de plus en plus à l’Asie, tout en conservant une section sur les religions de l’ancienne Égypte, à la suite des expéditions dans diverses régions de l’Extrême-Orient.

Les voyages de Louis Delaporte au Siam et au Cambodge avaient déjà permis de réunir une collection d’art khmer formant le noyau du musée ndochinois du Trocadéro, fondé dès 1882. À la fin du XIXe siècle, le musée du Louvre, de son côté, consacre une section aux arts d’Asie, principalement de Chine et du Japon, dans son département des objets d’arts, qui deviendra par la suite le département des arts asiatiques. Émile Guimet lui-même restreint de plus en plus la place accordée aux religions de l’antiquité pour présenter les objets rapportés de Corée par Charles Varat. Des séries d’iconographies religieuses sont retirées pour faire place en 1912 aux collections d’art tibétain que Jacques Bacot a réunies au cours de ses missions.

En 1927, le musée Guimet est rattaché à la Direction des musées de France et accueille d’importantes collections rapportées par les grandes expéditions en Asie centrale et en Chine, comme celles de Paul Pelliot ou d’Édouard Chavannes. Il reçoit aussi à partir de 1927 les oeuvres originales du musée Indochinois du Trocadéro. Tout au long des années 20 et des années 30 arrivent également des riches dépôts de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan. Le directeur du musée de l’époque, Joseph Hackin, qui dirige aussi les fouilles d’Afghanistan réalise de grands travaux dont la couverture de la cour centrale pour y présenter à partir de 1938 une partie des collections khmères. Le musée Guimet devient alors célèbre pour la richesse de ses collections dans le domaine du monde indianisé.

À partir de 1945 dans le cadre d’une vaste réorganisation des collections nationales, le musée Guimet envoie au Louvre ses pièces égyptiennes et reçoit en retour l’ensemble des oeuvres du département des arts asiatiques du Louvre. Dès lors l’institution de la place d’Iéna devient l’un des tout premiers musées d’arts de l’Asie dans le monde, sous la direction jusqu’en 1953 de René Grousset qui a succédé à Joseph Hackin, mort en 1941 en compagnie de son épouse au service de la France libre. Philippe Stern, grand spécialiste de l’art du Cambodge ancien, qui dirige le musée de 1954 à 1965, s’attache beaucoup aux activités savantes du musée, à la bibliothèque et surtout aux archives photos. Jeannine Auboyer qui succède en 1965 à Philippe Stern, veille tout particulièrement à l’enrichissement des collections dans le domaine de l’Inde classique. Elle entreprend à la fin des années 60 d’importants travaux pour doter le bâtiment d’espaces de bureaux et de réserves. Une nouvelle muséologie, dégagée des décors néoclassiques d’origine, est mise en place au cours des années 70. En 1986, Jean-François Jarrige, un spécialiste de l’archéologie ancienne du sous-continent indo-pakistanais, succède au sinologue, Vadime Elisseeff, qui, après avoir assuré pendant de longues années, la direction du musée Cernuschi, a été nommé à la tête du musée Guimet en 1982. En 1991, avec l’aide du regretté Bernard Frank, professeur de civilisation japonaise au Collège de France, le musée Guimet ouvre, dans un bâtiment annexe, au 19, avenue d’Iéna, le Panthéon bouddhique, présentant une partie des collections rapportées du Japon par Emile Guimet. Cet événement s’inscrit dans toute une politique destinée, dans la suite des efforts de prédécesseurs illustres, à assurer l’essor d’une institution à la fois savante mais aussi tournée vers un public de plus en plus nombreux à s’intéresser aux civilisations asiatiques. De généreux donateurs dont on retrouve le nom dans le hall d’entrée s’associent à la politique d’enrichissement du musée qui bénéficie aussi des fonds d’acquisition des musées de France.

Musée Guimet
© Feuillu - licence cc flickr


Le vaste programme de rénovation général du musée Guimet, décidé en 1993 et mis en place à partir de 1996, qui vient de prendre fin, a pour but de permettre à l’institution fondée par Emile Guimet de s’affirmer de plus en plus comme un grand centre de la connaissance des civilisations asiatiques au coeur de l’Europe, dans la suite des efforts de nos prédécesseurs, mais tenant compte aussi des progrès de la muséologie et des besoins nouveaux pour la présentation et la conservation des oeuvres. Les architectes, Henri et Bruno Gaudin, et l’équipe de conservation ont donné la priorité à la lumière du jour et la création de perspectives ouvertes dans les 5500m2 de galeries permanentes. Ces grands espaces permettent aux visiteurs de mieux comprendre les relations et les différences entre les diverses traditions artistiques de l’Asie, et d’assurer une visite agréable dans des espaces calmes et ouverts. Avec cette grande campagne de travaux, le musée Guimet vient donc de connaître la plus complète restructuration de ses espaces intérieurs depuis l’époque de sa fondation.

En dehors de ses extraordinaires collection, le musée Guimet offre aussi une bibliothèque orientaliste et un auditorium de 280 places qui propose concerts, colloques, conférences et projections (voir plus bas).

musee_guimet.jpgInformations pratiques
Musée national des Arts asiatiques-Guimet
6 place d’Iéna - 75016 Paris
Métro : Boissière ou Iéna
Internet museeguimet.fr
Tél. 01 56 52 53 00 Ouverture
Tous les jours sauf le mardi, de 10 à 18h
Fermeture de la caisse à 17h15
Fermeture des salles à 17h45 

 

 

{mosmap width='460'|height='300'|address='Musée Guimet - Paris'|text='Musée Guimet - Paris'|tooltip='Musée Guimet - Paris'|zoomNew='0'|overview='0'|marker='1'|align='center'}Carte intégrée - Vous pouvez la déplacer à l'aide de votre souris, mais aussi changer le zoom et le type de vue (Plan, Satellite, Mixte, Relief ou Earth)

 

 

La bibliothèque du musée Guimet

Organisée dès l’ouverture du musée en 1889, est aujourd’hui spécialisée dans les arts anciens et l’archéologie de l’Asie orientale et extrême-orientale. Ses collections, constituées de livres et de revues en toute langue, tant européenne qu’asiatique, dépassent les 100 000 volumes et comptent 1.500 titres de périodiques. Ceux-ci sont en partie répertoriés au catalogue du Système universitaire de documentation. Le musée ayant été à l’origine un musée de l’histoire des religions, la bibliothèque conserve de ce passé un fonds important sur les religions orientales, spécialement sur le bouddhisme. Les nouvelles acquisitions (depuis 2001) sont enregistrées dans le Catalogue collectif des bibliothèques des musées nationaux.

Bibliothèque du musée Guimet
© Feuillu - licence cc flickr


A côté des livres européens anciens (XVIIe-XVIIIe siècle) existent des fonds particuliers tels qu’un ensemble de livres illustrés japonais de l’époque Edo (700 titres), des ouvrages tibétains (plus de 2 000 dont la bibliothèque d’Alexandra David-Neel), des cartes chinoises du temps des Qing (collection Arnold Vissière), des textes ourdous (provenant de Garcin de Tassy), des fragments de manuscrits ouïgours, des papiers d’orientalistes (A. Barth, E. Chavannes, R. Ghirshman, P. Pelliot, etc.).

La bibliothèque est ouverte les lundi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi de 10h00 à 17h00. (La bibliothèque est fermée les samedis pendant les vacances scolaires de l’académie de Paris.)

Accès gratuit. Consultation sur place uniquement

Pour vos recherches d’ouvrages, consulter le Catalogue collectif des bibliothèques des musées nationaux

Plus d'informations
Tél. 01 56 52 53 01
Email biblio@guimet.fr

L'auditorium du musée Guimet

Intégré à l’architecture du musée Guimet rénové, l’auditorium du Musée national des arts asiatiques propose désormais au public, une programmation régulière. Les 280 places de la salle en font un espace à la fois confortable et intime. Sa conception technique permet aux programmateurs de répondre à des objectifs de diversité et de qualité. Les grands principes de la programmation révèlent avant tout un souci de cohérence avec l’activité de l’établissement. C’est ainsi que de nombreuses manifestations : cycles de films, conférences, colloques, s’affirment comme un complément ou une mise en relief des expositions temporaires, des donations ou des acquisitions. Le tout est construit comme recherche constante d’un équilibre entre la richesse scientifique des interventions et la fonction pédagogique que peut jouer ce type de programme. Cohérence aussi avec la spécificité des origines : l’Asie est toujours présente, fil conducteur des spectacles proposés par l’équipe de l’auditorium, concerts de musique acoustique, danse, théâtre, marionnettes, théâtre d’ombre. La création asiatique contemporaine n’est pas oubliée, notamment dans la relation qu’elle entretient avec la tradition. Certains spectacles sont créés en résidence.

 

 

 

Auditorium du musée Guimet
© musée Guimet

 

L’auditorium s’attache enfin à projeter régulièrement des films en avant-première. Le printemps 2002 avait montré les signes avant-coureurs d’une ouverture régulière de la salle avec les premiers concerts de musiciens afghans et tadjiks et la série de documentaires consacrés à l’Afghanistan. Cette ouverture s’est confirmé en décembre 2002 avec les manifestations d’un premier programme trimestriel intitulé « Toit du Monde » et dédié au Tibet au bouddhisme Tibétain, aux peuples et religions de l’Himalaya. Ce sont, non seulement, de nombreux films et conférences qui ont évoqué les hauts plateaux du Népal ou du Tibet, mais aussi des chanteurs et danseurs nés là-bas, tel Tenzin Gönpo et sa "légende du prince chasseur". L’Himalaya ne fut cependant pas seul à l’honneur. Le Barhatta Natyam, danse sacrée de l’Inde carnatique, et la danseuse Priyadarshini Govind ont marqué l’ouverture de ce cycle et le premier grand succès de la programmation, tandis qu’un spectacle butô des chorégraphes Misuyo Uesugi et Cécile Loyer inaugurait la première création en résidence.

Plus d'informations
Tél. 01 40 73 88 18
Fax 01 40 73 88 11
Email auditorium@guimet.fr
Documents en open data concernant le musée Guimet

Shanti Travel - Agence de voyage spécialisée sur l'Inde et l'Asie du Sud - Demande d'infos