Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest et Haut-de-Seine

Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest

Shanti Travel - Agence de voyage spécialisée sur l'Inde et l'Asie du Sud - Demande d'infos

Le 20 janvier 1948, Gopal Godse, l'homme qui s'était promis de tuer le mahatma Gandhi, échoue dans sa tentative d'assassinat. Dix jours plus tard, le 30 janvier, son frère Nathuram réussit là où il avait failli... Pour les deux hommes, il s'agit de punir celui qui a accepté la partition de l'Inde et du Pakistan. Soixante ans plus tard, Gopal, vieillard au visage émacié, ne regrette rien. Pour lui, le jour de l'indépendance de l'Inde fut presque une journée de deuil. En ce 15 août 1947, raconte-t-il, la Bharat Mata, cette "Inde-mère" qu'il révérait comme un fils, avec toute sa dévotion de jeune brahmane et sa fureur mystique de nationaliste farouche, venait d'être tragiquement tronquée. Cet épouvantable charcutage géographique et culturel avait amputé l'Inde d'une grande partie de ses provinces, devenues le Pakistan-Oriental et Pakistan-Occidental. Le colonisateur britannique, bien sûr, mais aussi l'ensemble des musulmans, portaient la responsabilité de cette "vivisection", selon les frères Golse. Mais pour eux, le principal coupable était un hindou, d'autant plus criminel qu'il faisait partie des leurs. La haine de Gopal pour Mohandas Karamchand Gandhi, le héros de l'indépendance qui avait défié les Anglais durant plusieurs décennies et que Winston Churchill avait un jour surnommé le "fakir à demi-nu", semble toujours intacte. Richement documentée, cette enquête éclaire d'un jour nouveau un épisode sanglant de l'histoire du sous-continent indien, mettant en évidence son retentissement dans l'Inde et le Pakistan d'aujourd'hui.


Actualité des personnalité de l'Inde à ParisAprès avoir accueilli Miss Pooja cet été Villiers-le-Bel va inaugurer un mail (une allée) portant le nom du Mahatma Gandhi le samedi 18 septembre et ce, à l'occasion de la journée du patrimoine. Dans le cadre de cet hommage sera aussi proposée une exposition sur la vie de Gandhi à partir de 15h, salle Marcel Pagnol...
 

Publié dans la Revue de Paris le 1er avril 1922

Des orbites profondes, où brûle une flamme farouche ; un nez busqué, dont le relief s’accuse entre les joues émaciées ; un teint qu’assombrit encore la masse noire de la moustache et des cheveux ; sous d’assez chétives apparences une intense impression de force nerveuse et d’ardeur concentrée : tel nous apparaît l’agitateur, le prophète, l’apôtre, le messie de l’Inde contemporaine, celui de qui elle attend, d’un jour à l’autre, son salut et sa liberté, — Mohandas Karamchand Gandhi.

Il aura tantôt cinquante-trois ans, étant né le 2 octobre 1869, dans la principauté dé Porbandar, au Kathîavar, dont la péninsule, évasée entre les golfes de Koutch et de Cambaye, forme l’extrémité sud de la province de Goudjerat, et relève avec elle de la présidence de Bombay.

Sa famille n’est pas de haute caste. Son père, que certains journaux donnent pour le Dewan, c’est-à-dire le Premier Ministre, du petit État indigène où il a vu le jour, paraît n’avoir été, en réalité, qu’un simple « banyan », grand négociant d’une classe et d’une secte qui observe rigoureusement le jeûne et ne mange pas la chair des animaux. Lui-même est demeuré strictement végétarien et ne boit autre chose que de l’eau et du lait.

Quand, après avoir terminé ses classes, après s’être marié à l’âge de douze ans, il voulut aller achever de s’instruire en Angleterre, sa mère, personne d’une haute dévotion, lui fit, paraît-il, prêter vœu de chasteté et jurer que jamais il ne toucherait ni vin ni viande. Tout moyen nous manque de vérifier que ce serment a bien été tenu. Néanmoins le contraire nous surprendrait. Il n’y a que les purs pour se consumer, comme celui-là, de passions idéales.

Sur ce qu’a pu être sa vie en Europe, on aimerait avoir des détails. Vie étrange de pèlerins venus de si loin aux sources de la science et de la civilisation occidentales, et qui, tout en s’y abreuvant avidement avec une sorte de fureur insatiable, continuent d’exalter entre eux, dans de petits cercles fermés où ils ne parlent que leur langue, la terre et la tradition des ancêtres jusqu’à maudire et exécrer l’objet de leur voyage et de leur curiosité, ce monde scandaleusement insolite, dont ils veulent tout, apprendre et où ils se sentent si perdus.

Avec sa voix douce et ses manières tranquilles, Gandhi se fit beaucoup d’amis, dont bien peu eussent soupçonné la destinée qui l’attendait. Ayant fini son droit dans l’un des vieux collèges juridiques de Londres, Lincoln’s Inn ou le Temple, il s’en retourna, comme avocat à la Cour de Bombay, exercer sa profession à Rajkot, dans sa péninsule natale.

Il n’y resta pas longtemps. Dès 1893, — à vingt-quatre ans, — une affaire l’appelait en Afrique du Sud où les hommes de sa race, qui émigrent là-bas en grand nombre, étaient en butte à des vexations de toutes sortes. Le Natal préparait une loi pour les priver de tous les droits civils et politiques. Dans les deux républiques de l’Orange et du Transvaal, leur situation était encore plus précaire. Gandhi les organisa en vue de la résistance ; au bout de l’année, il s’était taillé un rôle de premier plan. Travailler à l’amélioration de leur sort était devenu désormais sa mission ; il y employait tous les procédés connus d’agitation politique.

En 1903, il se met à s’occuper de procédure devant les tribunaux du Transvaal. À l’issue de la guerre contre les Boers et de la conquête, avait été établi un « Département Asiatique » en dépit de toutes les protestations des émigrés de l’Inde. « Quoi ? disaient-ils : le drapeau britannique flotte maintenant sur ce pays, et l’on y maintiendrait la législation d’avant-guerre contre nous qui faisons partie de l’Empire britannique ; on nous traiterait comme des étrangers parce que nous sommes des Asiatiques ? »

Ils allaient éprouver à leurs dépens que l’Empire est une grande association volontaire de libertés fort jalouses et ne subsiste qu’autant que la métropole a soin de respecter chacune de ces libertés. Alors, pourquoi l’Inde seule ne se verrait-elle pas respecter ?

Par une série d’amendements à la loi sur les Asiatiques, le Transvaal, en 1907, obligeait les Indiens à se faire inscrire sur les registres de police, où l’on prenait l’empreinte de leur pouce ; les empêchait de circuler librement, de passer d’un État dans l’autre ; limitait le nombre d’immigrants à admettre, leur interdisait d’amener leurs femmes, les frappait d’un impôt spécial de trois livres sterling par tête, quand ils séjournaient dans le pays au delà de la durée du contrat de travail qui les y avait introduits.

Tel est, en effet, le paradoxe de ces pays neufs : ils entendent sauvegarder la pureté de la race blanche ; mais, pour mettre leurs ressources en valeur, les blancs ne sont pas assez nombreux et, forts de leur petit nombre, se refusent absolument à certains genres de travaux qui dès lors exigent la main-d’œuvre de couleur. Les indigènes sud-africains n’ont pas toujours toutes les qualités requises. D’où l’importation organisée, dans un intérêt économique, de bandes entières de travailleurs orientaux, qu’on va chercher en Chine ou dans l’Inde pour exploiter les mines ou pour cultiver les plantations de canne à sucre, et qui, liés par des engagements rigoureux, vivent confinés sur le domaine où on les emploie, dans une sorte de demi-servage.

Aux ordonnances du Transvaal, Gandhi opposait, dès le mois de décembre 1906, un mouvement de résistance passive : la loi se briserait contre cette simple force d’inertie. Trois fois, il fut mis en prison ; huit années durant, il lutta sans désemparer contre les mesures d’exception qui atteignaient ses frères. Les incidents se succédaient ; l’autorité sud-africaine, déportait les immigrants qu’elle ne trouvait pas dans les règles ; l’Inde leur faisait des réceptions grandioses, leur donnait de l’argent, les réexpédiait au Cap ou à Durban ; on les arrêtait de nouveau ; l’affaire se plaidait de juridiction en juridiction ; le Gouvernement des Indes se plaignait au Gouvernement de Londres, qui adressait de discrètes observations au Gouvernement de l’Union sud-africaine, sans oser lui donner l’ombre d’un ordre.

L’Inde ayant prohibé l’émigration par contrat, le ministère Botha, vers la fin de 1910, promit une réglementation générale sur le modèle australien, qui ne blesserait personne. Le général Smuts, alors Ministre de l’Intérieur, négocia avec Gandhi : les émigrés de l’Inde (ils étaient plus de 100 000 au Natal ; plus de 10 000 au Cap et autant au Transvaal ; 253 seulement dans l’Orange où presque toutes les occupations leur étaient fermées), cesseraient leur résistance passive à la loi de 1907 ; en échange, cette loi serait abrogée ; la barrière de race disparaîtrait ; tous les immigrants seraient traités sur le même pied ; on ne leur demanderait que de connaître la langue anglaise.

À deux reprises, le projet fut abandonné. Lorsqu’enfin il passa en juin 1913, il n’autorisait les Asiatiques à entrer que par certains ports ; il leur enlevait le droit de domicile après une absence de trois mois ; il ne soumettait qu’eux et les autres immigrants de couleur à une épreuve d’instruction ; il maintenait la possibilité d’exclure quiconque serait jugé indésirable en raison de sa race, de sa classe, de son métier ou de ses antécédents. Au cours des débats, le ministre Fischer avait proclamé qu’étant donné le genre de vie des Indiens, l’Afrique du Sud serait bien sotte de leur accorder la plénitude des droits civils et politiques. S’ils recouraient à la résistance passive, on les excluerait d’ailleurs nommément.

En septembre, la résistance passive et les emprisonnements reprenaient de plus belle. En novembre, Gandhi, à la tête de 2 500 Indiens, entrait au Transvaal, rien que pour braver le comité de vigilance chargé d’appliquer la loi. On le frappait de peines multiples ; on reconduisait tout son monde au Natal. La grève éclatait dans les charbonnages, puis dans les plantations de canne à sucre, puis en pleine ville de Durban ; elle devenait générale au prononcé des condamnations. L’Inde s’émouvait ; le Vice-Roi demandait et obtenait une enquête dont le résultat, favorable. à ses nationaux, leur donna en partie satisfaction.

Gandhi avait bien mérité de sa patrie ; pour la servir, il avait sacrifié tout son patrimoine ; il gagnait sa vie de ses mains en faisant métier de savetier.

En 1915, il rentrait aux Indes, en passant par l’Angleterre, où il contribua à organiser un corps d’étudiants indiens pour le service d’ambulance sur notre front comme il avait fait pendant la guerre boer et la guerre de 1906 contre les Zoulous. Au printemps de 1918, il participait encore à des conférences convoquées à Simla par le Vice-Roi pour aviser au moyen de redoubler l’effort guerrier.

Un an ne s’était pas écoulé qu’en février 1919 il recommençait à prêcher la résistance passive, cette fois contre les autorités britanniques elles-mêmes. En mars-avril, les désordres dans le nord de l’Inde tournaient à la rébellion ouverte. Gandhi s’apprêtait à pousser le mouvement au Pendjab, quand le lieutenant-gouverneur le fit arrêter et reconduire à Bombay. Peu après avait lieu la sanglante répression d’Amritsar, dont les échos n’ont pas cessé de retentir. Gandhi, dont elle n’a pu qu’exaspérer les griefs, n’en conseîlla pas moins, par son manifeste du 18 avril, de suspendre la désobéissance aux lois. « II n’avait pas mesuré à leur juste puissance les forces du mal », écrivait-il.

En décembre 1919, le Parlement de Westminster achevait de voter l’ensemble de réformes qui, pour récompenser les loyaux services de l’Inde pendant la guerre, conformément aux promesses solennelles du 20 août 1917, l’appelaient à élire désormais la plus grande partie des assemblées et des conseils chargés de la gouverner, et à faire ainsi un grand pas dans les voies du régime représentatif qui aboutirait un jour à la pleine autonomie.

Le mot d’ordre lancé par Gandhi fut de ne prendre aucune part aux élections ; sous aucune forme il ne fallait seconder l’action de l’intrus britannique. Qu’aucun électeur ne vote ! qu’aucun candidat ne se présente ! que les avocats cessent de plaider et les juges de siéger ! que les fonctionnaires se démettent, qu’ils renoncent à leurs titres et à leurs dignités ! que les maîtres refusent d’enseigner à l’occidentale, que les parents retirent leurs enfants des écoles, des collèges, des universités d’État, où l’on ne dresse que des esclaves ! que tous abandonnent l’usage des produits européens, des étoffes européennes, des étoffes ou il entre des matériaux importés d’Europe ; qu’ils filent et qu’ils tissent eux-mêmes leurs propres vêtements ! qu’ils proscrivent les liqueurs fortes ; qu’ils ne prennent plus ni sucre ni thé, puisque c’est maintenant le capitalisme européen qui les fabrique ou les cultive ; qu’ils demandent toute leur nourriture au sol natal ! qu’ils ne donnent plus un sou aux entreprises britanniques ! Maris et femmes, restez plutôt sans enfants que d’en procréer dans la nuit de ce temps où la civilisation occidentale a posé son sinistre sceau !

Ce n’est point le suicide de la race. Ce n’est point même un vœu de continence prolongée. Dans cette vision apocalyptique, la consommation des choses est proche. Si le peuple de l’Inde craint Dieu et suit fidèlement ces préceptes de non-coopération, avant un an, avant six mois il sera maître de ses destinées ; le joug étranger se sera évanoui. Si, après cela, les Anglais désirent encore rester dans l’Inde, libre à eux ; mais ils ne le désireront sans doute pas, une fois qu’ils n’auront plus rien à y gagner. L’essentiel, c’est que les fils du sol reprennent en mains le gouvernement d’eux-mêmes, rebâtissent leur culture sur les solides fondements des vedas, développent leur civilisation dans le sens des traditions antiques. La civilisation de l’Inde ancienne est sans égale : on lui reproche de n’avoir pas progressé ! mais c’est précisément là son mérite, son ancre de salut, la preuve qu’elle demeure foncièrement saine. La civilisation de l’Occident, elle, est pourrie ; elle est de nature satanique. Sa démocratie n’est que duperie. La « mère des Parlements », sur laquelle on convie l’Inde à prendre modèle, « n’est qu’une femme stérile n’ayant jamais accompli de son propre gré un seul acte qu’on puisse appeler bon ; courtisane et maîtresse entretenue du Ministère au pouvoir. »

Tel se présente ce nationalisme, à la fois traditionaliste et mystique, profondément enraciné dans le passé et qui se retourne de tout son élan vers ce passé. On a bien pu dire, à ce point de vue, qu’il est essentiellement réactionnaire.

Il n’a rien de commun avec les doctrines « avancées » des révolutionnaires de chez nous, ni même des bolchévistes russes, qui tous conçoivent le progrès comme le développement indéfini d’une ligne droite où ils font figure d’avant-garde. Pour Gandhi, la vérité est en arrière : nous lui tournons le dos. Expert autant que n’importe qui à se servir, au profit de sa cause, de toutes les inventions les plus modernes, il les condamne toutes cependant, presse, chemins de fer, télégraphes, téléphones. Il veut restaurer la vie simple, qui est aussi la vie vertueuse. Lui objectez-vous que l’Inde, abandonnée à elle-même, ne sera pas de taille à se défendre ? Il vous dira qu’aucun danger ne saurait la menacer dans les hauteurs spirituelles où elle se sera élevée.

À sa doctrine de non-coopération se juxtapose une doctrine de non-résistance au mal, qui l’a fait comparer à Tolstoï : influence positive, et non simple rencontre d’idées. En décembre 1908, le sage, à demi oriental, de Yasnaya Polyana publiait une Lettre à un Hindou, qui qualifiait « d’effroyable absurdité historique la prétention de guérir, en l’européanisant par les moyens de la puissance moderne, un pays en possession séculaire du trésor moral le plus sacré, dont cette panacée spirituelle : le Bouddhisme ». Le règne des Anglais sur l’Inde est un grand mal : « ne combattez pas le mal, mais n’y prenez aucune part. Refusez de coopérer en aucune, manière à l’administration gouvernementale, à la marche des tribunaux, à la perception de l’impôt, surtout au recrutement de l’armée ; et nulle puissance au monde ne sera capable de vous subjuguer. »

Toute la tactique de Gandhi est ici en germe. Dans sa lutte contre l’autorité anglaise, à qui il ne reproche point d’être anglaise, mais d’être le véhicule d’une influence extérieure, d’un génie contraire à celui de l’Inde, il a recommandé d’abord de ne pas payer l’impôt ; les premiers chocs se sont produits, quand, à sa voix, les paysans ont refusé leurs fermages. Ligué depuis le courant de 1920 avec les Mahométans qui ne pardonnent pas à l’Angleterre de tenir Constantinople et d’humilier le Califat, il mêle ses préceptes tolstoïsants à leurs citations du Coran, pour arrêter le recrutement d’une armée peut-être destinée à combattre les Turcs. En septembre 1921, les deux frères Ali sont poursuivis pour propagande antimilitariste. Au compte rendu de leur procès, imprimé, en octobre, à Karachi, sur de mauvais papier à chandelle, Gandhi signe un avant-propos qui célèbre la vertu libératrice de la franchise et de la vérité, dussent-elles paraître un peu rudes.

La presse anglaise n’avait longtemps parlé de lui qu’avec les plus respectueux égards ; rien, chez lui, de l’ambitieux vulgaire ; une personnalité vigoureuse et belle qui agit sur les plus puissants ressorts ethniques, sociaux et religieux de sa race, et qui se pose en champion des croyances et des coutumes d’autrefois ; idéaliste implacable et peu pratique, mais sincère ; visionnaire, fanatique, agitateur dangereux, c’est vrai, mais dont l’exaltation spirituelle et la ferveur d’altruisme se sont assigné pour modèles les plus grands maîtres religieux de tous les temps, le plus grand de tous, le Christ qu’il admire sans l’adorer.

Pourtant l’inquiétude point et grandit. Le Gandhi d’aujourd’hui est bien différent du Gandhi d’il y a vingt ans ou même d’il y a huit ans, écrit le Times en décembre 1920. Il peut avoir gagné en stature spirituelle ; il a certainement perdu en équilibre et l’équilibre n’a jamais été son fort. Sans doute est-ce d’Afrique du Sud qu’il a rapporté cette amertume, à voir traiter ses compatriotes en parias. Ce qui se passait en Afrique du Sud se passait aussi ailleurs. Cela se passe encore en Afrique Orientale, et ce qu’en dit le Ministre des Colonies, M. Churchill, n’est pas pour apaiser les susceptibilités d’une race justement flère de sa culture et de son antiquité. La victoire des Japonais sur les Russes a rendu à tout l’Orient confiance en lui-même. La proclamation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’a fait qu’encourager l’esprit de revendications. La propagande de Moscou entretient l’effervescence. Enfin mesurerons-nous jamais à quel point une trop familière fraternité d’armes, et les soins mêmes, donnés par des femmes blanches aux hospitalisés orientaux comme aux autres, ont achevé de ruiner ce que notre Occident pouvait encore conserver là-bas de mystérieux prestige ?

Quoi qu’il en soit des causes, les effets s’étalent à tous les yeux. Le désordre et les violences, les conflits meurtriers surgissent, chaque jour plus graves et plus nombreux, de cette campagne de non-coopération. Gandhi a beau répéter qu’on ne doit pas résister au mal ; il a beau ressasser son évangile d’amour et d’oubli du moi : les foules lui échappent ; une partie de ses disciples le jugent trop modéré et l’ont déjà dépassé. À chaque effusion de sang, il jeûne et fait solennellement pénitence ; il ordonne de suspendre le mouvement. Huit jours après, il recommence. Ascète et saint qu’il est aux yeux des masses et peut-être en réalité, cela ne l’empêche pas d’avoir toute l’astuce d’une singulière expérience politique. En condamnant la violence, ne cherche-t-il pas surtout à détourner de lui les foudres du pouvoir ? Qu’attendent les autorités britanniques pour couper court à sa malfaisance en le mettant sous les verrous ?

Craint-on qu’il ne se pare de la palme du martyre ? craint-on que ses partisans ne s’insurgent ? Il est le « Mahatma », le grand inspiré, qui passe pour posséder des pouvoirs extraordinaires et pour commander aux forces de la nature. L’Inde, toute pleine encore de thaumaturges et de prodiges, est convaincue que le Gouvernement a peur de lui, que le Gouvernement ne peut seulement pas le toucher, qu’il se jouera de la police, des juges et des portes des prisons. « Empoignez l’ortie à pleine main et vous verrez qu’elle ne pique pas autant que vous le pensiez », s’écrie dans les colonnes du Times un ancien gouverneur de Birmanie et membre du Conseil de l’Inde, qui est pour la manière forte.

Après mainte hésitation et maint contre-ordre, le Vice-Roi des Indes a, le samedi 11 mars, fait inculper Gandhi d’excitations à la sédition. Au milieu des cantiques de ses fidèles il a été arrêté sans fracas dans sa résidence d’Ahmedabad. « Travaillez ferme et sans vous lasser », leur a-t-il dit, en exhortant tous ceux qui aiment l’Inde à maintenir une paix parfaite d’un bout à l’autre du pays.

Nul ne lui a désobéi jusqu’ici. Le Gouvernement britannique est le premier surpris de ce grand calme, presque alarmant. Entre ceux qui approuvent l’arrestation et ceux qui estiment que jamais plus lourde faute n’a été commise, les arguments continuent à s’échanger. Le sort d’un grand Empire tremble dans la balance.

À la veille de la guerre, le Gouvernement impérial décidait de transporter à Delhi la capitale, dont les travaux grandioses sont à peu près terminés aujourd’hui. Et voici qu’on en tire des présages sinistres. Delhi, l’antique cité dont le sol est fait des décombres des civilisations et des dynasties et où l’on pourrait déchiffrer l’histoire de l’Inde comme on déchiffre l’histoire de la terre aux couches de terrains superposées ! La capitale superbe qui s’y établit ne va-t-elle pas bientôt simplement ajouter sa ruine à ces ruines ? Crainte qui porte en elle sa propre puissance de réalisation pour un peuple superstitieux.

Mais avec le Trône de l’Empereur-Roi qui vit à Londres, l’Inde est-elle bien sûre que ne s’écroulera pas le meilleur, d’elle-même et de son rêve national ? Nous oublions trop combien de races, de langues, de religions, de castes différentes et rivales se partagent les trois cent millions d’habitants de cette immense péninsule. Seule, la commune loi britannique y préserve, avec l’ordre et la paix, l’apparence de l’unité. Hindous et Mahométans, négligeant un instant leur vieille querelle, s’accordent à refuser d’obéir aux lois. Mais déjà, l’été dernier, les Musulmans du Malabar massacraient les Hindous qui ne voulaient pas se convertir à leur foi. Que sera-ce quand l’adversaire commun aura disparu et qu’ils se retrouveront seul à seul dans l’arène ?

Le Mahatma, qui volontiers reprocherait au Christ de n’avoir pas été assez Christ, est-il sûr de réussir, mieux que le Christ, à faire régner du jour au lendemain parmi les hommes la loi d’amour et de fraternité, sans parler de toutes les autres vertus chrétiennes ou védiques ? C’est sous tous les climats le miracle des miracles, la condition et la clé de tous les autres ; la sagesse hindoue elle-même n’en possède pas le secret ; il n’a été donné de le découvrir ni à la noblesse d’âme, ni au zèle de charité, ni aux prières, ni aux austérités, ni aux souffrances de Gandhi.

J.-Augustin Léger

Source Wikisource . Reproduit dans le cadre de la licence CC


lady-bracewell-smithNée Nina Kakkar en 1955 à Delhi, elle est la fillle d'un diplomate indien. En 1996 elle épouse Sir Charles Bracewell-Smith, quatrième baronet de Keighley (Yorkshire) et devient Lady Nina Bracewell-Smith. La famille Bracewell-Smith, fait partie des plus grandes fortunes du Royaume-Uni mais ce qui la caractérise est son implication dans la vie du célèbre club anglais de football Arsenal.

Fanion de l'Arsenal Football ClubSitué au nord de Londres dans le quartier d'Holloway, Arsenal est un vénérable club dont l'importance dans la Champions League (championnat anglais) n'est plus à démontrer. Sa gestion très familiale, en fait l'un des clubs les plus prospères d'Angleterre et l'on peut rattacher cela à la longévité du lien qui le rattache à la famille Bracewell-Smith depuis plusieurs générations. C'est ainsi que le grand-père de Sir Charles en fut le président de 1948 à 1962, que son père, Sir George, à son tour, siégea au conseil d'administration du club de 1953 à 1976 et que Lady Nina, à son tour, après avoir obtenu en cadeau la participation de la famille dans le club, soit 15.9% des parts, en devint la présidente honoraire en 2005 et membre du conseil d'administration en 2008. A la suite de différents très marqués avec les deux plus gros actionnaires du club, Stan Kroenke et Alisher Usmanov, Lady Nina Bracewell-Smith démissionne de l'ensemble de ses fonctions le 17 décembre 2008. En avril 2011 elle cède l'intégralité de ses part dans Arsenal pour 123 millions de livres sterling (150 m€) à Stan Kroenke mettant ainsi un terme à une longue association familiale avec le club.

Twitter de Lady Nina Bracewell-Smith : http://twitter.com/ninabracewell
Facebook de Lady Nina Bracewell-Smith : http://www.facebook.com/profile.php
D'autres femmes exceptionnelles : Pratibha Devisingh Patil - Patricia Loison - Kumari Selja - Sampat Pal - Les femmes de Lijjat Papads - et toutes celles qui ne naîtront pas...

 

Actrices/Acteurs
Abhishek Bachchan http://twitter.com/juniorbachchan
Amitabh Bachchan http://twitter.com/SrBachchan
Amrita Rao http://twitter.com/Amritarao17
Arjun Rampal http://twitter.com/rampalarjun
Arbaaz Khan http://twitter.com/arbaazSkhan
Barbara Mori http://twitter.com/Delamori
Deepika Padukone http://twitter.com/deepikapadukone
Genelia D'souza http://twitter.com/geneliad
Imran Khan http://twitter.com/1mrankhan
Hrithik Roshan http://twitter.com/iHrithik
Kunal Kapur http://twitter.com/kapoorkkuna
Mallika Sherawat http://twitter.com/MallikaLA
Preity Zinta http://twitter.com/realpreityzinta
Priyanka Chopra http://twitter.com/priyankachopra
Ranganathan Madhavan http://twitter.com/ActorMadhavan 
Salman Khan http://twitter.com/BeingSalmanKhan
Sanjay Dutt http://twitter.com/duttsanjay
Siddharth http://twitter.com/Actor_Siddharth
Shahid Kapoor http://twitter.com/shahidkapoor
Shah Rukh Khan http://twitter.com/iamsrk
Shammi Kapoor http://twitter.com/shamsheraj
Shruti Haasan http://twitter.com/shrutihaasan
Sonam Kapoor http://twitter.com/sonamakapoor
Sonakshi Sinha http://twitter.com/sonakshisinha
Riteish Deshmukh http://twitter.com/Riteishd
Uday Chopra http://twitter.com/udaychopra
Vivek Oberoi http://twitter.com/vivek_oberoi

Musique
Salim Merchant http://twitter.com/salim_merchant
Sonu Niigaam http://twitter.com/sonuniigaam
Sulaiman Merchant http://twitter.com/Sulaiman_M

Réalisateurs
Karan Johar http://twitter.com/kjohar25
Mahesh Bhatt http://twitter.com/MaheshNBhatt

Producteurs
Yash Raj Movies http://twitter.com/yrfmovies

Journalistes Bollywood
Faridoon Shahryar http://twitter.com/Faridoon_S
Taran Adarsh http://twitter.com/taran_adarsh

Business Star
Vijay Mallya http://twitter.com/TheVijayMallya

Littérature
Deepak Chopra http://twitter.com/DeepakChopra
Shashi Tharoor http://twitter.com/ShashiTharoor


Tennis
Sanya Mirza http://twitter.com/MirzaSania

Cricket
Sachin Tendulkar http://twitter.com/sachin_rt
Virender Sehwag http://twitter.com/sehwagvirender
Zaheer Khan http://twitter.com/ImZaheer



Actualité des personnalité de l'Inde à ParisLeader des "sans-terre", Puthan Veetil Rajagopal œuvre depuis près de 18 ans à la tête d'Ekta Parishad, l'organisation qu'il a créée en 1991 pour la reconnaissance des droits des peuples à l'autodétermination agraire et la mise en place d'une véritable concertation agricole dans un pays où l'alimentation est l'un des plus grands défis du millénaire. Défenseur d'une opposition pacifique inspirée du Satyagraha prêché par Gandhi, Rajagopal parcours inlassablement l'Inde et le monde à la rencontre des citoyens sensibles à son combat et c'est à l'initiative d'EIEBG qu'un dîner-débat en sa compagnie est organisé à Paris le 13 octobre avec, en préambule, un film sur son action...

{wmvremote}http://videalys.com/images/stories/videos/JANCLIPCOURTFINALE4-3-09.wmv{/wmvremote}Extrait de la Marche des gueux (2008) - 53mn - Réalisation François Verlet et Louis Campana - © Vidéalys

Politique

Gandhi, Indira Priyadarshini née Nehru - Wiki US
19/11/1917 (Allahabad, United Provinces, British India) - 31/10/1984 (New Delhi)

Gandhi, Mohandas Karamchand dit Gandhi - Wiki US
02/10/1869 (Porbandar, Kathiawar Agency) - 30/01/1948 (New Delhi)

Gandhi, Rajiv - 20/08/1944 (Mumbai) - 21/05/1991 (Sriperumbudur TN Inde) - Wiki US 

Gandhi, Sonia - 09/12/1946 (Lusiana Italie) - Wiki US

Gandhi, Sanjay - 14/12/1946 - 23/06/1980 (New Delhi) - Wiki US

Nehru, Jawaharlal - Wiki US
14/11/1889 (Allahabad, United Provinces, British India) - 27/05/1964 (New Delhi)

Rao, Pamulaparthi Venkata (P.V.) Narasimha - Wiki US
28/06/1921 (Karimnagar, Andhra Pradesh) - 23/12/2004 (New Delhi)

Rao ou Raos, Nandamuri Taraka (N.T.) Rama aussi NTI - Wiki US
28/05/1923 (Nimmakuru, Andhra Pradesh) - 18/01/1996 (Hyderabad, Andhra Pradesh)

Singh Manmohan - 26/09/1932 (Gah, British India) - Wiki US

Scientifique - Mathématiques

S.R. Srinivasa Varadhan - 02/01/1940 (Chennai) - Wiki US

Littérature -
Écrivain et poète hindi

Manmohan Ghose (1869 - 1924) - Poête - Wiki US
Munshi Premchand (31/07/1880-08/10/1936)
Harivanshrai Bachchan (27/11/1907-18/01/2003)
Nagarjun (1911-1998)
Mahadevi Verma (1907-1987)
Ramdhari Singh 'Dinkar' (1908- 24/04/1974)
Maithili Sharan Gupt (1886-1965)

Cinéma

Rituparno Ghosh - réalisateur-acteur bengali

31/08/1963 (Calcuta Bengale-occidental) - Wiki US
Manmohan Desai - Réalisateur - Wiki US
26/02/1936 (Valsad, Gujarat) - 01/03/1994 (Mumbai)

Fonction publique

Manmohan Malhoutra - Ambassadeur - Wiki US


 

Ouvrage  Auteur
Gandhi Wields the Weapon of Moral Power (Three Case Histories)
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 6 1940-1945
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 5 1938-1940
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 1 1869-1920
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 2 1920-1929
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 4 1934-1938
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 3 1930-1934
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 78 (August 1 - December 31, 1944)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 80 (April 25 - July 16, 1945)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 79 (January 1 - April 24, 1945)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 84 (April 14 - July 15, 1946)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 83 (January 20 - April 13, 1946)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 81 (July 17 - October 31, 1945)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 77 (December 17 - July 31, 1944)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 76 (April 1 - December 17, 1942)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 85 (July 16 - October 20, 1946)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 82 (November 1 - January 19, 1946)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 75 (October 11 - March 31, 1942)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 74 (April 16 - October 10, 1941)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 72 (April 16 - September 11, 1940)
The Collected Works of Mahatma Gandhi Vol. 73 (September 12 - April 15, 1941)
Essential Works of Mahatma Gandhi. Vol. 1
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 7 1945-1947
Mahatma. Life of Mohandas Karamchand Gandhi. Vol 8 1947-1948
Mahatma Gandhi. Vol. 1. The Early Phase
Mahatma Gandhi. The Last Phase. Vol. 2
Mahatma Gandhi
Communal Unity
Satyagraha (Non-Violent Resistance
The Gandhi Reader
Gandhiji and the Emancipation of Man
Mahatma Gandhi. 125 Years
The Life and Death of Mahatma Gandhi
Bapu's Letters - I. To Ashram Sisters (From 6-12-1926 to 30-12-1929)
My God
Talking of Gandhiji. Four Programmes for Radio first broadcast by the British Broadcasting Corporation
Romain Rolland and Gandhi Correspondence
Mahatma Gandhi. A Biography
Sayings of Mahatma Gandhi
Mahatma Gandhi. 100 Years
A Thought for the Day
The Towering Spirit. Gandhian Relevance Assessed
To The Students
Selections from Gandhi
What Gandhi Means to Me? A Collection of Essays by German Teenage Students
Gandhi & South Africa
Wit and Wisdom of Mahatma Gandhi
Indian Horizons. Vil. 43 Number 4 1994. Special Issue - Gandhi 125 Years
Gandhi Marg. Journal of the Gandhi Peace Foundation. Vol. 2, Number 12, March 1981
The South African Gandhi. An Abstract of the Speeches and Writings of M.K. Gandhi
Mahatma Gandhi Bibliography
Gandhi. A Life Revisited
Gandhi. A Life Revisited
A Garland for Gandhi
The Way of Gandhi and Nehru
Gandhi's First Step: Champaran Movement
Gandhiji's Vision of a Free South Africa
Mahatma Gandhi. The Journalist
Mahatma Gandhi. Essays and Reflections on His Life and Work
Gandhi Prasang. Vol. 5, No. 1, Oct2, 2002
Ghandian Thinking. Peace: How World Religions Can Contribute?
Gandhi Marg. Journal of the Gandhi Peace Foundation. Vol. 2, Number 10, January 1981
The Gandhi Story
Gandhi. A Pictorial Biography
The India of Gandhi
Gandhi: A Life
Mahatma Gandhi. Correspondence with the Government 1944-47
Satyagraha in South Africa
Gandhi: Ek Jivani
Gandhi in Champaran
The Selected Works of Mahatma Gandhi. Vol. 1
An Autobiography or The Story of My Experiments with Truth
The Gospel of Selfless Action or The Gita According to Gandhi
Light of India. Message from the Mahatma
Is Not Gandhi the Answer?
Gandhiji's Correspondence with the Government1942-1944
Gandhiji's Autobiography Abridged by Bharatan Kumarappa
Bapu's Letters to Mira (1924-1948)
Autobiografia
Mahatma Gandhi
Ramanama
An Autobiography
Basic Education
Diet & Diet Reform
Drink, Drugs & Gambling
Sarvodaya (The Welfare of All)
An Atheist with Gandhi
Ramanama
M.K. Gandhi. An Indian Patriot in South Africa
Hind Swaraj or Indian Home Rule
All Are Equal in the Eyes of God. Slections from Mahatma Gandhi
Gandhiji: The Story of His Life
Gandhiji's Autobiography Abridged by Bharatan Kumarappa
Gandhi. His Life and Thought
Gandhi Today
Gandhi in Cartoons
Democracy: Real and Deceptive
Constructive Programme. Its Meaning and Place
Essays on Gandhian Economics
For Pacifists
All Men Are Brothers. Life and Thoughts of Mahatma Gandhi ad Told in His Own Words
The Removal of Untouchability
Quotes of Gandhi
Voluntary Poverty
Srtikes
The Art of Living
Stray Glimpses of Bapu
Delhi Diary
The Problem of Education
Thoreau, Tolstoy and Gandhiji
Cent Per Cent Swadeshi or the Economics of Village Industries
Economics of Khaddar
Gandhi's Passion. The Life and Legacy of Mahatma Gandhi
Gandhi & South Africa
Gandhi and His Ashrams
Self-Restraint v. Self-Indulgence
From Yeravda Mandir
Key to Health
Ruskin. Unto This Last. A Paraphrase
Gandhi and Marx
Gandhi's Triple Message
Satyagraha in Champaran
Kasturba
Stonewalls Do Not a Prison Make
The Penguin Gandhi Reader
The Life of Mahatma Gandhi
Mohandas Gandhi
The Story of Gandhiji
Mahatma Gandhi. A Great Life in Brief
Mahatma Gandhi. The Congress and The Partition of India
Gandhi's Responses to Islam
Satyagraha in South Africa
Food Shortage and Agriculture
The Good Boatman. A Portrait of Gandhi
The Collected Works of Sardar Vallabhbhai Patel. Volume XV. 1st January 1950-15th December 1950
The Collected Works of Sardar Vallabhbhai Patel. Volume XI
Profiles of Gandhi
Mahatma Gandhi. His Life in Pictures
Gandhi Darshan
Mahatma Gandhi
Gandhi Darshan
Mahatma Gandhi
From Yeravda Mandir
Ruskin. Unto This Last. A Paraphrase
Towards New Education
Character and Nation Building?
Constructive Programme. Its Meaning and Place
Pathway to GOD
Trusteeship
All Men Are Brothers. Life and Thoughts of Mahatma Gandhi ad Told in His Own Words
The Law and the Lawyers
Significance of Gandhi as a Man and Thinker
The Father of the Nation
Varnashramadharma
Sharp, Gene
Tendulkar, D. G.
Tendulkar, D. G.
Tendulkar, D. G.
Tendulkar, D. G.
Tendulkar, D. G.
Tendulkar, D. G.
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Gandhi, Mahatma
Tendulkar, D. G.
Tendulkar, D. G.
Pyarelal
Pyarelal
Nanda, B.R.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Jack, Homer A.
Menon, Patricia; Nunn, Leta; Schreiner, Peter; Sturmey, Ruth Ingrid
[Édité par Nanda, B.R.]
Payne, Robert
[Édité par Kalelkar, Kaka]
Gandhi, M. K.
Watson, Francis; Brown, Maurice
Gandhi, M. K.; Rolland, R.
Nanda, B.R.
Gandhi, M. K.
[Édité par Radhakrishnan, S.]
Gandhi, M. K.
Mukherjee, Dhurjati
Gandhi, M. K.
Bose, Nirmal Kumar
[Édité par Benjamin Putter]
Ali, Shanti Sadiq
Sen, N.B.
Nanda, B.R.
[Édité par Diwakar, R.R.; Agrawal, Mahendra]
Gandhi, M. K.
Sharma, Jagdish
Ismail, Razia
Ismail, Razia
Jacob, Helen Pierce
Husain, S. Abid
Singh, Shankar Dayal
Reddy, E.S.
Bhattacharyya
Radhakrishnan, S.
[Édité par Mathur, J.S.]
NIL
[Édité par Diwakar, R.R.; Agrawal, Mahendra]
Badalkar, S.D.; Sawant S.D.
Nanda, B.R.
NIL
Kripalani, Krishna
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Kripalani, Krishna
Tendulkar, D. G.
Gandhi, M. K
Gandhi, M. K.
Desai, Mahadev
Deshpande, M.S.
Diwakar, R.R.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Rolland, Romain
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gora
Gandhi, M. K.
Doke, Joseph J.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Murray, Gertrude
Gandhi, M. K.
Kriplani, J.B.
Sethi, J.D.
NIL
Gandhi, M. K.
Gandhi M. K.
Mathur, J.S.
Gandhi , M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Kalelkar, Kaka
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Pyarelal
Gandhi, M. K.
Gregg, Richard B.
Wolpert, Stanley
Ali, Shanti Sadiq
Thomson, Mark
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Mashruwala, K. G.
Diwakar, R. R.?
Rajendraprasad
Nayar, Sushila
Gandhi, M. K.
[Édité par Rrudrangshu Mukherjee]
Fischer, Louis
Dear, John
Hutheesing, Krishna
Sheean, Vincent
Jha, D C
McDonough, Sheila
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, Rajmohan
Patel, S. [Édité par Chopra, P N]
Patel, S. [Édité par Chopra, P N]
[Édité par Norman Cousins]
NIL
NIL
NIL
NIL
NIL
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Gandhi, M. K.
Saiyidain, K. G.
Sarma, D. S.
Gandhi, M. K.

Bonaparte Premier ConsulLa Légion d'honneur s'inscrit dans le programme de réorganisation de la nation dû à l'initiative du Premier Consul Bonaparte : Code civil, Conseil d'Etat, Cour des Comptes, préfets, écoles... La France ne possédait plus alors de réel système de récompenses et Bonaparte était conscient de la nécessité de rétablir ce principe.

"Je défie déclarait le Premier Consul, qu'on me montre une République ancienne ou moderne dans laquelle il n'y a pas eu de distinctions (...). Les Français (...) n'ont qu'un sentiment, l'honneur. Il leur faut donc donner un aliment à ce sentiment-là ; il leur faut des distinctions."

En vertu du principe de l'égalité de naissance, le décret du 30 juillet 1791 avait supprimé les ordres de Saint-Michel, du Saint-Esprit et de Saint-Lazare et du Mont-Carmel. L'Ordre de Saint-Louis devait subsister jusqu'au 15 octobre 1792. La prise de la Bastille et diverses autres journées révolutionnaires donnèrent lieu à l'attribution d'insignes, de médailles et de couronnes d'inspiration antique. Toutes ces distinctions furent supprimées par la Convention le 20 août 1793.

À chaque changement de régime politique, l'ordre dut s'adapter tout en conservant ses caractéristiques essentielles.

Médaille de la Légion d'honneurÀ la chute de l'Empire, le gouvernement de la Défense nationale maintient la Légion d'honneur tout en supprimant définitivement le serment (5 septembre 1870), et donne aux insignes leur aspect actuel à quelques détails près. Un décret du 28 octobre 1870 abolit l'ordre en tant qu'ordre civil. Cette mesure allant contre l'esprit de l'institution fut abrogée dès le 25 juillet 1873. L'ordre fut à nouveau administré selon les principes du décret de 1852. Désormais, le Président de la République devient grand maître de l'ordre le jour de son investiture et en reçoit officiellement l'insigne : un collier d'or.

Si dans son premier siècle d'existence l'ordre de la Légion d'honneur était resté dans le domaine civil assez fermé, le XXe siècle voit s'étendre la diversité des activités récompensées ; l'ordre est ainsi devenu une institution ouverte et représentative de l'élite vivante d'un pays moderne mais aussi de ceux, venus de pays étrangers qui se distinguent par une contribution marquante. C'est ainsi qu'un quinzaine de personnalités indiennes ont bénéficié de cette décoration depuis 1987.

Les indiens décorés de la Légion d'Honneur

- Shah Rukh Khan - Acteur - 01/07/2014
- Professeur Balveer Arora - Professeur de sciences politiques - 14/07/2011
- Professeur Shiva Prasad, professeur de physique - 14/07/2011
- Lata Mangeshkar - Chanteuse - 12/2009
- Yash Chopra - Réalisateur et producteur - 07/2008
- Arun Nanda - Directeur Mahindra & Mahindra - 03/2008
- Bikas Sanyal - Haut Fonctionnaire - 05/2007
- Amitabh Bachchan - Acteur - 01/2007
- Père Cedric Prakash - Ecclésiastique - 05/2006
- Rajendra Kumar Pachauri - Scientifique - 2006
- Goverdhan Mehta - Scientifique - 09/2005
- Dileep Dadgaonkar - Journaliste - 04/2002
- Dr Krishnaswamy Kasturirangan - Astronome - 2002
- Zubin Mehta - Chef d'orchestre - 04/2001
- Ravi Shankar - Musicien - 02/2000
- Dr. Pushpa Mittra Bhargava - Biologiste - 1998
- Satyajit Ray - Cinéaste et écrivain - 1987
- Jehangir Ratanji Dadabhai Tata - 1954

Actualité des personnalité de l'Inde à ParisC'est le 13 octobre que nous nous rendions à la Maison de l'Inde à la cité universitaire pour assister à la nomination de Madame Priti Sanyal, attachée culturelle de la Maison de l’Inde, au grade de Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques par M. Jacques Treffel, inspecteur général de l’Éducation nationale, président national de l’association des membres de l’Ordre des palmes académiques (AMOPA) pour sa contribution au rayonnement culturel de l'Inde en France...