Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest et Haut-de-Seine

Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest

Shanti Travel - Agence de voyage spécialisée sur l'Inde et l'Asie du Sud - Demande d'infos

armelle_choquard_1Armelle Choquard, commence à pratiquer le Bharata Natyam, danse classique de l’Inde du Sud en 1979 à Paris, avec Vidya, Malavika et Shakuntala. Grâce à une bourse du gouvernement indien, elle séjourne à Madras de 1982 à 1986 : elle reçoit l’enseignement de Shri V.S.Muthuswamy Pillai et de Shrimati Kalanidhi Narayanan pour la danse narrative .

Elle étudie également le chant karnatique avec Shrimati Choodamani
ramakrishnan.

Elle retourne régulièrement en Inde et travaille depuis 1988 avec la danseuse Sucheta Chapekar,
créatrice d'un nouveau style : Nritya Ganga qui est la rencontre de la danse du Sud de l'Inde et de la musique hindoustanie issue du Nord de l'Inde.Depuis 1985, elle donne des récitals traditionnels en solo sur des enregistrements originaux, réalisés en Inde spécialement pour ses spectacles.

En 1991 et 1993, elle danse dans la compagnie Le Miroir du Geste. qui présente le spectacle Graines de lumière, chorégraphié par Shakuntala, au théâtre de la Bastille à Paris.

Elle chorégraphie et danse également pour la musique contemporaine avec Ubris studio et Annabelle Playe : Tree dance (2000), Circumabulation (2002). Elle collabore avec le chanteur occitan Jan Mari Carlotti : Noël des quatre vents (2002), et le spectacle Nati, rencontre de la danse indienne, de la poésie
sanskrite, et de la musique occitane et les chants des troubadours, en 2003.

{movremote}http://www.armellechoquard.fr/images/armelle.mov{/movremote}

Cursus
Maîtrise de philosophie indienne à l'université de Paris IV, dirigée par Michel Hulin en 1981,
D.E.A. en esthétique indienne à l'université de Paris IV, dirigé par Guy Bugault en 1982.
Initiation au sanskrit par Charles Malamoud de 1980 à 1982.
Elle poursuit ses recherches en esthétique indienne à Madras de 1982 à 1986 avec le docteur Janaki, disciple du professeur Raghavan.
De retour en France, elle continue l'étude du Natya Shastra et du théâtre classique indien avec Lyne Bansat-Boudon, de 1986 à 1990.
Depuis 1992, elle étudie le Dhvanyaloka à l'université d'Aix-Marseille I avec Mme Flacelières-Veynes, puis avec Sylvain Brocquet.

Site Internet d'Armelle Choquard
www.armellechoquard.fr

patnaikDevasmita Patnaik a étudié la danse Odissi, auprès du guru Durga Charan Ranbir, à Bhubaneswar en Orissa, ville dont le nom signifie "le monde des dieux”. Elle se situe dans la tradition de la danse indienne qui unit l'homme au divin à travers le rythme, le son et les sentiments. Elle  donne régulièrement des récitals lors des manifestations sur l’Inde : plusieurs fois au Musée Guimet à Paris, à l’Unesco dans le cadre de l’anniversaire Rabindranath Tagore, à l’occasion du 40éme anniversaire de l’indépendance de l’Inde.

sharmila_sharma.jpgNée à Jaipur, Sharmila Sharma est issue d’une famille d’artistes. Son père est musicien et chanteur folklorique, sa mère est une danseuse émérite de Kathak et de danses folkloriques. Son premier passage sur scène, à l’âge de trois ans, eut lieu dans le cadre d’un concours de danse. Sa prestation éblouit tout l’auditoire, et elle gagna le premier prix. Après un apprentissage des danses folkloriques du nord de l’Inde et du Kathak, auprès de sa mère Tara Sharma, Sharmila intègre le célèbre institut Kathak Kendra de New Delhi, où elle apprend également le chant hindoustani et les tablas. Son talent se révèle sous l’enseignement de Pandit Rajendra Kumar Gangani (style de Jaipur) et du célèbre Pandit Birju Maharaj (style de Lucknow). Sharmila devient danseuse professionnelle à l’âge de quatorze ans, et dès lors se produit dans de nombreux festivals nationaux et internationaux. Elle s’installe à Paris en 1993, et commence à donner des cours de Kathak au Centre Mandapa. Elle dirige également des stages, et se produit régulièrement sur scène. Artiste infatigable, elle partage actuellement sa carrière entre l’Europe et l’Inde, et ses performances séduisent autant les connaisseurs de son art que le grand public. Pratiquant une forme de danse qui nécessite une rigueur technique sans faille et une grande virtuosité, Sharmila recherche constamment de nouvelles manières de développer sa créativité avec beauté, intelligence et sensibilité.

Site officiel de Sharmila Sharma
sharmilasharma.com

helene_marionneau.jpgL’essentiel de son expérience en tant que danseuse contemporaine, Hélène l’a construite auprès de différents chorégraphes tels que Sophie Mathey, Patrice Barthès, Françoise Murcia & Véronique Maury. En 2002, elle suit la formation pédagogique au CND de Lyon auprès de Françoise Benet, Christine Lenthéric ... et obtient le Diplôme d’Etat pour enseigner la danse contemporaine.

De 2003 à 2006, elle vit en Inde, à Bangalore, où elle apprend le Bharata-natyam (danse classique du sud de l’Inde) auprès de Smt Lalitha Sriniva-san. Titulaire d’une bourse bilatérale franco-indienne en 2004, elle colla bore avec l’Alliance Française de Bangalore tout le temps de son séjour, dans différents projets et manifestations.

De retour en France, Hélène tente de faire découvrir la danse indienne au public français, à travers des stages qu’elle anime et des spectacles. Parallèlement, elle poursuit un travail contemporain au sein de la Cie Nadja, avec qui elle prépare un nouveau séjour en Inde.

padmini_chettur_2.jpgDécouverte à Paris en 2003 avec 3 solos, Padmini Chettur revendique un parcours chorégraphique à part. Née en 1970, elle est initiée, jeune fille, au bhârata natyam, danse traditionnelle indienne extrêmement codifiée, puis formée à Chennai auprès de la compagnie contemporaine Chandralekah Group, Padmini Chettur signe, depuis, ses propres pièces. Pushed, création pour 6 danseuses, la voit travailler les émotions contenues dans la musique coréenne : rancœur, douleur, plaisir, joie, chagrin, amour et envie. Sur scène, les interprètes oscillent entre solos, duos et ensembles, le plus souvent reliées entre elles, dos à dos, membres tenus dans l’élan d’une danse presque chorale à la grâce innée. Bercé de lumières changeantes, Pushed émeut autant qu’il enchante.

malavika_sarukkai_1.jpgDanseuse dès l'âge de 12 ans, Malavika Sarukkai participe à de nombreuses manifestations culturelles tant en Inde qu'à l'étranger. Elle crée ses propres chorégraphies et développe un style personnel, un métissage d'énergie et de grâce, d'austérité et de passion. A l'esthétique d'une plastique superbe, elle joint des mouvements d'une grâce infinie et possède ce supplément d'âme qui fait la différence entre le beau et l'exceptionnel.

Site Internet de Malavika Sarukkai
www.malavikasarukkai.com

shridhars_1.jpgShridha et Anuradha Shridhar, célèbre couple de danseurs du Karnataka, sont deux virtuoses du bharata natyam. Leur danse est un mélange raffiné de rigueur classique et d’émotion intense. Leur virtuosité technique est au service de leur vive imagination.

Shridhar a reçu a bourse de l'académie de Karnataka Sangita Nritya, en étant adjugé meilleur danseur de l'état pour l'année 1982-83. Initialement, Shridhar était ingénieur en génie civil alors qu'Anuradha venait d'être diplômée en commerce quand, happés par une irresistible force, ils abandonnérent leur carrière respective pour se consacrer exclusivement à leur passion artistique.

shridhars_2.jpgPlus tard, Anuradha a été, à son tour, diplômée avec mention de l'école Kalakshetra. Pour Shridhar et Anuradha il ne manquait plus que le mariage civil pour conjuguer encore plus intensément leur forte personnalité et leur sensibilité artistique. Depuis ce jour, ils dansent ensemble en se mettant au service d'une passion commune pour la perfection, la nritya (danse) vibrante et la sophistication de l'abhinayam (jeu scénique). L'équilibre avec lequel ils expriment des états émotifs allant de la haute spiritualité à une profonde introspection est toujours très apprécié des connaisseurs.

Shridhar et Anuradha Shridhar furent d'abord les disciples en bharata natyam du Gourou Smt. Radha Shridhar. Ensuite, ils furent initiés à la danse kalakshetra par le gourou Sri M.R.Krishnamurthy puis ils ont beaucoup amélioré leur technique sous les conseils privilégiés de la célèbre danseuse Smt. Krishnaveni Lakshmanan, ex-directrice du Kalakshetra, un établissement des plus réputés pour la danse et la musique de Chennai.

Afin de transmettre ce riche héritage reçu des meilleurs maîtres ils ont, à leur tour, créé l'Académie de Khechara où ils accompagnent leurs disciples sur le chemin de l’excellence classique.

Née en 1956 à Calcutta, la chorégraphe indienne Tanusree Shankar est une figure majeure de la danse contemporaine de son pays. Dans les années 70, elle se fait connaître comme danseuse au sein du Centre for Performing Arts d’Ananda Shankar, qu’elle épouse en 1974. Tanusree Shankar créé la Tanusree Shankar Dance Company et développe un style qui s’inspire des chorégraphies d’Uday Shankar, son beau-père,où la danse y est mise en scène de façon théâtrale. Adoptant la technique de son illustre lignée avec la New Dance,Tanusree Shankar cherche à transmettre un contenu universel à travers les formes classiques des danses indienne et moderne, des ballets occidentaux. La plupart des musiques de ses chorégraphies sont composées par Ananda Shankar, son mari, ce qui a permis de rendre populaire la “musique du monde”.
Elle signe la chorégraphie de nombreux ballets pour sa troupe qui se produit dans plus de 40 pays.A New-York, elle a dirigé des masters class à l’Ecole Contemporaine de Danse de Martha Graham et au Centre de Danse américain d’Alvin Ailey. Elle participe également aux workshops du festival de musique et de danse WOMAD de Reading. En 2001, sa troupe participe au Festival Fringe d’Edinburgh. Elle remporte en 2002 le Uday Shankar Award avec l’une de ses dernières productions, Uddharan (élévation de l’âme),chorégraphiée sur la musique de Rabindranath Tagore, poète et philosophe indien du XXème siècle, et racontée par Amitabh Bachchan, acteur du cinéma indien. Tanusree Shankar joue dans de nombreux films et séries télévisées, comme Satyajit Ray Presents en 1986.Le film Hemanter Pakhi, qui retrace l’histoire de sa carrière reçoit en 2004 le prix national du meilleur film de la région. En 2006, elle joue dans le film de Mira Nair, The Namesake (Un nom pour un autre).

petits_rats.jpg
D'adorables petits rats made in India entourent la chorégraphe Tanusree Shankar

Savitry Nair a largement participé au développement de la culture indienne sur la scène artistique européenne depuis le début des années 70, à travers ses spectacles, son enseignement, ses créations chorégraphiques et musicales, et ses collaborations avec différents artistes européens. Formée dans le style Bharata Natyam par Rukmini Devi à la Kalakshetra Foundation de Madras, et dans le style Kuchipudi par le Maître Vempati Chinna Satyam, formée également au chant Karnatique, système de musique classique du sud de l’Inde, elle est dotée d’une grâce et d’un charisme exceptionnels. Elle a été une l’une des premières à amener la danse indienne au public européen, à travers une sensibilité et une finesse incomparables dans l’art de communiquer l’émotion. Elle a aussi le grand mérite d’avoir fait connaître en Europe nombre d’artistes indiens de grand talent, en organisant des stages et des spectacles, pour présenter leur travail au public occidental. Son savoir et son expérience dans les domaines de la danse, de la musique et du théâtre, se manifestent dans l’intelligence et le dynamisme de son enseignement. Elle donne des cours et anime des stages/ateliers pour de nombreux artistes, ainsi que des compagnies de danse et de théâtre, dont celles de Maurice Béjart, Pina Bausch, Peter Brook et Bartabas. Elle est la mère de la danseuse Shantala Shivalingappa.

shantala_shivalingappa.jpgShantala Shivalingappa est née à Madras. Élevée à Paris, Shantala est formée dès son enfance à la danse indienne, d’abord par sa mère, la danseuse Savitry Nair, puis par le maître Vempati Chinna Satyam dans le style Kuchipudi. Elle se produit en solo accompagnée de ses musiciens, dans de nombreux théâtres et festivals, avec le désir de faire connaître le Kuchipudi en Occident. En Inde comme en Europe le public la reconnaît comme une grande danseuse, sa très haute qualité technique s’alliant à la grâce et une sensibilité remarquable. Depuis l’âge de treize ans, elle a aussi eu le rare privilège de travailler avec les plus grands : Maurice Béjart (789...et nous), Peter Brook (pour qui elle interprète d’abord Miranda dans La Tempête, puis Ophélie dans La Tragédie d’Hamlet), Bartabas (Chimère), Pina Bausch (O Dido et Néfès). Autant de rencontres qui font de son expérience artistique un parcours exceptionnel. Shantala possède un talent immense, au point de faire passer la virtuosité pour une seconde nature. Depuis huit ans, elle illumine les spectacles de Pina Bausch tout en poursuivant son travail de fond d’interprète de Kuchipudi, danse traditionnelle du sud-est de l’Inde. Shantala est à l’image de ce pays sublime, foisonnant et multiple.